Varanasi

Varanasi, c’est une ville dont tout le monde parle. Quelque soit l’endroit où j’étais au Rajasthan, quand j’expliquais (pour la nième fois) que j’allais ensuite à Varanasi, on ne me répondait qu’avec des « C’est incroyable », ou « Tu verras ça change ! ».

So many expectations.

Donc depuis Udaipur, c’est parti pour deux trains. Udaipur – Jaipur puis Jaipur – Varanasi. Un total de plus de 1000km, 30h de voyage (tout à fait normal en Inde, je vous le rappelle). Et puis bon, 30h en train, ça se fait bien. Comme je l’avais expliqué, étant dans un sleeper train, c’est chacun son lit, chacun sa vie, chacun son dodo, au top.

Une fois arrivé, c’est un épais brouillard qui recouvre la ville. On ne voit pas à 100m, donc autant dire que les rives du Ganges n’étaient pas aussi impressive qu’expected. Allez, c’est pas bien grave, ça va sûrement s’améliorer dans les prochains jours. En attendant, il y a plusieurs choses à faire.

D’abord, la cérémonie du soir, aux alentours de 18h. Appelée Aarti, c’est une célébration par le feu de différents dieux au bord du Ganges. On assiste à un spectacle mêlant danses, chants et rituels.

Evening ceremony

Evening ceremony

Après, toujours le long du Ganges, j’ai assisté à une crémation publique. Les corps sont disposés sur des bûchers. Plus le bûcher est haut, plus la personne est importante. On n’a pas le droit de prendre de photo (et ce n’était pas ma priorité), mais je pense que ces images resteront gravées dans ma mémoire.

Ensuite, un concert (oui, ils appellent ça concert) de deux musiciens dans une petite pièce dans laquelle nous étions une petite dizaine. Face à nous, un joueur de Tabla (percussions) et un autre de Sitar (sorte de guitare mais de niveau 2, genre plein de cordes, vraiment plein). Ça dure un peu plus d’une heure, et je suis envouté. Je sors, il fait nuit, je suis relaxé au possible, j’ai adoré.

Concert

Concert

Le lendemain matin, à 5h30 (sont fous ces indiens !), rebelotte pour la cérémonie. C’est alors toujours sous un épais brouillard et une température assez basse que j’assiste de nouveau à ce spectacle, mais l’atmosphère est totalement différent de la veille. C’est beaucoup plus religieux, comme si le soir la cérémonie était adaptée au touristes, tandis que le matin se tenait la vraie célébration.

Morning walk to ceremony

Morning walk to ceremony

Morning ceremony

Morning ceremony

C’est après deux jours que le brouillard se lève et révèle les beautés de Varanasi. Une simple promenade sur les rives de cette rivière sacrée dévoile de magnifique images.

Tout le long de ces berges se trouvent des Ghats, endroits colorés pourvus de marches permettant de descendre jusqu’à l’eau. C’est toujours dans ces Ghats que se déroulent les différentes cérémonies.

On trouve parfois des bûchers préparés pour la crémation qui aura lieu le soir.

On voit également une multitude de petits bateaux dans différentes couleurs, des chiens errants, des vieux indiens fumant des … choses farfelues, des hommes lavant des vaches dans la rivière, des hommes et femmes étendant leur linge sur les marches des Ghats, des indiens qui m’interpellent « boat ? boat ? » pour me proposer une promenade sur leur frêle esquif.

Bref, une grande diversité de choses qui me réconcilie avec la ville.

Voyez vous même.

Préparation du rituel de crémation

Préparation du rituel de crémation

Séchage du linge

Séchage du linge sur une Ghat

Boat ? Boat ?

Boat ? Boat ?

Une Ghat typique

Une Ghat typique

Bateau blindé !

Bateau blindé (ou pas)

Maintenant, c’est direction Népal. Plus j’en entends parler, plus j’ai hâte d’y aller.

L’Inde c’est fini, mais quelle magie. Quelle diversité. Quelle expérience. Quelles rencontres.

À très vite depuis les montagnes.

Bécots.

  1. Rom, Merci pour ce voyage ! Ce tour de monde grâce à tes photos, ton récit j’ai l’impression d’être avec toi (d’ailleurs faut que je te parle à ce sujet là )
    Gros bisous ! Continue de nous faire voyager avec toi !

  2. Hum, pas sure que j’aurais aimé la sortie à 6h du mat dans le brouillard ! mais on s’y croirait 😉 doit juste nous manquer l’odeur . Bises de NYC (un autre genre)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2018 La Tangente

Theme by Anders NorenUp ↑