Faire du stop, prendre des autostoppeurs

Hello,

Un mini article tout petit après mes premières expériences en stop. J’ai fait ça dans l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande pendant 10 jours. Voici quelques retours, quelques conseils, et quelques messages aux personnes qui se tâtent à prendre des auto-stoppeurs.

Des p’tits conseils quand tu hitchhikes

La première observation que je peux faire, c’est que parler avec les automobiliste est le meilleur moyen de gagner leur confiance. C’est pourquoi faire du stop à une station essence est idéal car vous pouvez aborder tranquillement les gens en expliquant qui vous êtes, ce que vous faites, et où vous allez.

Après, le sourire est un langage universel. Tous les pays n’ont pas les mêmes signes pour faire du stop, pas la même langue, pas la même culture, mais un sourire, c’est un signe qui transcende toutes ces barrières et qui indique que vous n’êtes pas un con. Alors attention, c’est évidemment pas toujours vrai. Si un vilain monsieur s’approche de vous avec des bonbons, en vous demandant de monter dans sa voiture, même s’il sourit, il ne faut pas dire oui.

Enfin, faire du stop sans panneau est plus efficace qu’avec. C’est en tout cas vrai pour ma petite expérience. En effet, lorsque j’avais un panneau, les automobilistes se disaient “Je ne vais pas exactement là, donc je ne peux pas l’aider”. En revanche, quand je n’ai pas de panneau, souvent les gens s’arrêtent pour me demander où je vais, et souvent je réponds simplement “Vers l’Ouest, au mieux jusqu’à telle ville”. Mais ça engage une conversation, donc la confiance s’installe.

Est-ce que je prends cet autostoppeur ?

Ça, c’est la question qu’on se pose quand on est d’accord avec le concept, qu’on a une voiture/un van mais qu’on se pose plusieurs questions. Est-ce qu’il n’a pas l’air un peu dangereux quand même ? Est-ce que je vais exactement là où il veut aller ? Est-ce qu’il risque de parler pendant 3h alors que je veux écouter de la musique ?

Toutes ces questions sont légitimes, mais il faut savoir que l’autostoppeur sait qu’il est en train de voyager gratuitement, et que c’est par pure bonté que les gens s’arrêttent.

Donc premièrement, c’est le conducteur qui choisi l’autostoppeur, pas l’inverse. On a entendu des conducteurs pas très agréables voire dérangeant quand ils prenaient des autostoppeurs/autostoppeuses, mais rarement le contraire. S’il faut se méfier, c’est quand on est à la place de la personne sur la route, et que quelqu’un de louche vous prend en voiture. En général, celui qui fait du stop, c’est celui qui a des histoires à raconter, qui est ouvert, qui adore partager et parler avec les autres, et en plus, parfois, il a des cookies ou des trucs comme ça à partager avec vous. C’est top non ? (Et conduire tout seul, c’est boooooring)

Ensuite, même si vous n’allez pas exactement où va l’autostoppeur, ce n’est pas grave. 3km ? Il sera partant. Parce que si vous n’allez pas dans la même direction que lui après 3km, dites-vous que vous n’êtes pas le seul. En rapprochant l’autostoppeur de 3km, vous augmenterez ses chances de trouver, pour le prochain ride, quelqu’un qui va là où il souhaite aller. C’est très logique. Dans le doute, vous pouvez le prendre, même si c’est pour quelques kilomètres, il sera toujours heureux d’avancer, et en plus ça fait un petit break entre deux attentes. Attendre deux fois 30min c’est mieux qu’une fois 1h.

Enfin, l’autostoppeur se plie à toutes les volontés du conducteur. Vous mettez de la musique ? L’autostoppeur (pas débile) comprendra qu’il ne faut pas parler, que vous êtes gentil et que vous ne voulez pas trop discuter. Vous n’avez pas de place dans le coffre ? C’est pas grave, même avec un sac de 19kg sur les genoux, plié en quatre, l’autostoppeur est heureux d’être avec vous plutôt qu’avec les sand flies sur le bord de la route.

Vous décidez malgré tout ça que non, vous n’allez pas le prendre ? Alors sachez qu’un petit sourire suffit amplement 😀 Pas besoin d’essayer d’expliquer en 1,5s avec des signes le pourquoi du comment. Et encore moins besoin de vous arrêter pour dire que vous ne pouvez pas. Oui, c’est adorable, l’intention est top mais c’est le pire faux espoir de la vie d’un autostoppeur!

Merci à vous, conducteurs

Dans tous les cas, je voulais remercier de vive voix tous les conducteurs qui s’arrêtent pour nous prendre, nous les pauvres, les backpackers, les lents, les lourds, les puants (mais on essaie de pas l’être, vraiment). Un grand merci pour votre générosité, parce que si vous vous arrêtez pour nous, c’est par pure bonté, vous ne demandez rien en retour, et ça, c’est un geste qui se fait extrêmement rare. Donc vraiment, un grand MERCI.

  1. supers bons conseils dans les 2 sens
    j’ai fait beaucoup de stop à Tahiti jeune et ça marchait bien
    aujourd’hui les conducteurs sont un peu frileux (voir débiles !)
    ps: j’adore ton passage “avec panneau mieux qu’avec …” bon on comprend très bien et du coup un peu de rire en plus 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

© 2018 La Tangente

Theme by Anders NorenUp ↑